Maison

5 choses à arrêter de dire à votre chat, selon les experts

Nous savons que les chats reconnaissent leur propre nom. Nous savons également que les chats vocalisent rarement lorsqu’ils passent du temps ensemble, mais vocalisent souvent autour des humains pour communiquer leurs désirs et leurs besoins. Lorsqu’il s’agit de répondre à votre félin ou d’initier tout type d’interaction, il y a certaines choses que vous ne devriez pas dire à votre chat. Lorsque vous réfléchissez à ce qu’il ne faut pas dire à votre chat, il est impératif de vous souvenir de son stoïcisme naturel. Même à leur plus mécontent, les félins ne font pas de grands gestes. La clé d’une communication saine avec les chatons ? Observation. Et peut-être de la patience. Ici, cinq phrases à arrêter de dire à votre chat, selon les experts.

  • “Je suis sûr que tu vas bien.”
    Les chats s’expriment physiquement et vocalement. Le langage corporel est généralement le meilleur indicateur de ce qu’ils ressentent sur le moment. Les miaulements et les miaulements peuvent signifier n’importe quoi de « J’ai faim ! » à « Mes reins me font mal ! » À moins que vous ne puissiez vérifier la cause exacte de la vocalisation persistante (si elle s’arrête après l’heure du dîner, par exemple), l’ASPCA déconseille de la balayer. Les hôpitaux VCA disent également qu’ignorer les changements dramatiques de comportement ou la léthargie pourrait signifier ignorer une maladie grave qui se prépare à l’intérieur de votre chat. Ne présumez pas que tout va bien ! Emmenez-la chez un vétérinaire pour vous en assurer.
  • « Restez ici ! »
    Dans la nature, les grands félins se cachent dans les arbres, dans des tanières, partout où ils peuvent rester cachés. Les félins sont des cacheurs notoires ! Les chats domestiques ne sont pas différents. Rester sous le lit ou caché dans une boîte en carton leur donne un sentiment de sécurité. Forcer votre chat à sortir à la lumière du jour lorsqu’il a besoin de passer du temps seul nuit à son sentiment général de sécurité. Plutôt que de tirer votre chaton de sa cachette lorsque vous avez envie de jouer, John Bradshaw, auteur de Cat Sense, dit à Scientific American qu’il est préférable de permettre au chaton de venir à vous. La clé d’un chat confiant et social est de s’assurer qu’il se sente en sécurité dans son environnement. Fournissez de nombreuses cachettes, même si votre décor est minimaliste et clairsemé.
  • « Non ! »
    Comme pour les chiens, crier avec colère ou gronder les félins est un grand non-non. En fait, le mot « Non » a peu de poids avec les chats, peu importe la force avec laquelle vous le prononcez. C’est trop vague et les tons durs ne feront que surprendre votre chat (au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, les chats paniquent facilement lorsqu’ils entendent des bruits forts et discordants). Finalement, votre chat va vous craindre même si vous êtes silencieux comme une souris. L’ASPCA exhorte les propriétaires de chats à utiliser le renforcement positif au lieu de la colère ou de la force physique. Cela signifie récompenser votre chat avec une friandise, un grattage de tête ou une session de jeu lorsqu’il se comporte bien et arrêter toute attention dès qu’il recommence à mal se comporter. D’un autre côté, si vous essayez de freiner un comportement destructeur comme gratter une chaise chic, essayez de fournir un autre exutoire au lieu de crier. Crier ne mène nulle part. Un poteau à gratter concentre cette énergie de grattage ailleurs.
  • Utilisez de bonnes commandes comme « Traiter ! » pour les expériences négatives
    Les animaux de compagnie associent des commandes spécifiques à des résultats spécifiques. Si vous dites « Dîner ! » et servez immédiatement du thon savoureux tous les soirs, les oreilles de votre chat se redresseront à chaque fois que vous direz « Dîner ! » Ils supposeront qu’il est temps de manger. L’utilisation d’une commande que votre chat associe à une expérience positive afin de le piéger dans une expérience négative va bouleverser tout le système et apprendre à votre chat à ne plus vous faire confiance. Si votre chat déteste se faire couper les ongles, au lieu de l’attirer dans cette situation désagréable en disant « Traiter ! essayez de lui offrir des friandises par la suite. Elle apprendra alors que se faire couper les ongles est une récompense. Et “Dîner!” signifiera toujours du thon salé.
  • « Mordre ma main ! »
    Jouer à se battre avec votre chat est l’une des pires habitudes que vous puissiez adopter. « Commence mignonne, se termine par un carnage », comme le dit l’expert en chats Jackson Galaxy. Enseigner à votre chat qu’il est acceptable de jouer à se battre – mordre, gratter, semer la pagaille – avec vous enseigne à votre chat que votre main est un jouet. Les chats jouent à se battre avec leurs frères et sœurs et leur mère comme des chatons. Dès qu’ils mordent ou grattent, même un peu trop fort et que leurs frères et sœurs ou leur mère l’arrêtent. Cela définit les limites de ce qui est jeu et de ce qui est trop rugueux. Si les propriétaires de chats ne le ferment pas dès que cela devient difficile, ces limites ne sont pas construites. Finalement, les chatons deviennent des chats et les chats sont de minuscules tigres. Ces griffes sont réelles, et ces mâchoires sont fortes. Votre chat aura des tendances agressives qui seront très difficiles à désapprendre.

Leave a Reply

Your email address will not be published.