Maison

Pourquoi mon chat éternue-t-il, qu’est-ce qui ne va pas ?

Quelles sont les causes des éternuements du chat ?
Les éternuements du chat peuvent être étonnamment difficiles à diagnostiquer, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, votre vétérinaire devra confirmer que votre chat éternue réellement.

La toux, les haut-le-cœur, les éternuements inversés, le hoquet, les haut-le-cœur et la respiration sifflante peuvent tous être confondus avec un éternuement, et chacun de ces symptômes est accompagné d’une liste distincte de causes possibles.

Prenez une vidéo de votre chat pendant un épisode pour aider votre vétérinaire à confirmer s’il s’agit vraiment d’un éternuement.

Un autre obstacle au diagnostic des éternuements du chat est la pléthore de causes sous-jacentes. Les infections, l’inflammation chronique, les maladies dentaires, le cancer et l’inhalation de corps étrangers peuvent tous faire éternuer un chat.

Pour compliquer encore les choses, chez les chats, plusieurs de ces causes se produisent généralement en même temps.

Voici quelques-unes des causes possibles des éternuements chez les chats.

Infections respiratoires virales
Chez les chats qui éternuent, les infections virales des voies respiratoires supérieures sont, en règle générale, le problème initial. L’infection la plus répandue est l’herpèsvirus félin. Certains chercheurs ont estimé que 80 à 90 % des chats sont infectés par l’herpèsvirus.

Contrairement aux humains, le virus de l’herpès chez les chats provoque principalement des signes des voies respiratoires supérieures, notamment des éternuements et des écoulements des yeux et du nez. Comme chez les humains, les symptômes de l’herpèsvirus félin sont exacerbés par le stress.

Bien que de nouvelles recherches suggèrent que les médicaments existants pourraient améliorer les résultats pour les chats infectés par l’herpèsvirus, il n’existe actuellement aucun remède et les infections durent toute la vie.

D’autres infections virales qui peuvent contribuer aux éternuements du chat comprennent le calicivirus (contre lequel le vaccin combiné FVRCP offre une protection) et la grippe.

Infections bactériennes
Les infections bactériennes jouent presque toujours un rôle secondaire dans les symptômes des voies respiratoires supérieures chez le chat.

Si vous voyez de la morve jaune ou verte sortir du nez ou des yeux de votre chat, cette décharge anormalement colorée est un signe certain d’une infection bactérienne.

Cependant, chez le chat, ces infections bactériennes n’agissent presque jamais seules ; après qu’un virus respiratoire ou un autre processus pathologique endommage les voies nasales, les bactéries saisissent l’opportunité de profiter des barrières réduites qui protègent généralement le chat de telles attaques.

Bordetella, mycoplasma et chlamydia sont tous des coupables courants d’infections bactériennes dans le nez d’un chat. Bien que ces infections soient rarement le seul problème, un traitement avec des antibiotiques tels que la doxycycline ou l’azithromycine réduira considérablement les éternuements et autres symptômes, permettant à votre chat de respirer plus confortablement.

La recherche sur l’efficacité des nouveaux antibiotiques peut permettre à votre vétérinaire de traiter plus facilement ces infections à l’avenir.

Inflammation et irritation
Une catégorie très large de maladies qui contribuent aux éternuements du chat est celle qui crée une inflammation et une irritation du nez.

Les infections mentionnées ci-dessus peuvent certainement provoquer une inflammation, mais il en va de même pour presque toutes les autres causes d’éternuement du chat.

Pour compliquer les choses, l’inflammation elle-même peut faire éternuer un chat, créant une boucle de rétroaction où les chats continuent d’éternuer longtemps après que le problème initial est éliminé ou a été inactivé. Cette situation est généralement appelée rhinite chronique.

Il n’existe pas de bon test pour diagnostiquer une maladie inflammatoire comme seule cause d’éternuement chez le chat (à moins d’une biopsie nasale, qui doit être réalisée sous anesthésie). Ainsi, généralement, une fois les autres causes écartées, l’inflammation est le dernier homme debout, pour ainsi dire.

Les traitements apparemment efficaces vont des stéroïdes et des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) aux médicaments généralement utilisés pour les nausées. Bien qu’à ses balbutiements, il existe des preuves suggérant que l’immunothérapie pourrait aider les chats à éternuer dans certains cas.

Bien que les allergies soient inflammatoires, la rhinite allergique (éternuement allergique) est si rare qu’elle est inexistante chez le chat domestique.

Matières étrangères
L’inhalation de matières étrangères, comme des brins d’herbe, des sétaires, etc., peut bien sûr provoquer une irritation des voies nasales.

Lorsque ces intrus sont inhalés par un chat, la réponse du corps est d’éternuer pour expulser les débris étrangers. Bien que cette approche puisse fonctionner pour les particules plus petites comme la poussière, les objets plus gros sont difficiles à enlever pour un chat en éternuant.

Ces situations peuvent être diagnostiquées soit par rhinoscopie, dans laquelle une caméra est insérée dans le nez d’un chat anesthésié, soit par un rinçage nasal, dans lequel une solution saline stérile est forcée à travers les voies nasales (encore une fois, sous anesthésie) pour enlever le matériel que le chat était incapable d’éternuer.

Maladie dentaire
De nombreux propriétaires d’animaux sont surpris d’apprendre que les maladies dentaires pourraient contribuer aux éternuements du chat.

Comme pour de nombreuses espèces, les racines des dents de la mâchoire supérieure sont situées juste à côté des voies nasales. Lorsque les dents s’infectent ou lorsqu’une inflammation grave existe, la barrière entre l’alvéole dentaire et le nez peut être pénétrée.

Lorsque le chat mange, de la nourriture peut pénétrer dans le nez, déclenchant le réflexe d’éternuement.

Leave a Reply

Your email address will not be published.